Journée d'étude au lac d’Aiguebelette

La SSHA est heureuse d'avoir pu organiser, au côté de l'association Mémoire des Pays du Guiers, une journée d'étude au lac d’Aiguebelette. C'est une centaine de participants qui ont pu assister le 21 octobre dernier aux différentes conférences et se restaurer sur place dans un cadre chaleureux. Nous remercions tous les membres des deux associations qui ont œuvré, par leur dynamisme, à la réussite de cette journée.

aiguebelette1     aiguebelette2     DL20171030


Dernières parutions

Les dernières parutions de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie sont disponibles à la vente dans notre librairie en ligne.

Ecrire dans les airs. La Savoie et le télégraphe

A l'heure d'internet et des réseaux sociaux, à l'époque de la fibre optique ou du wifi, alors que les mails, les tweets ou les sms envahissent notre quotidien, la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie invite dans ce volume à porter un regard d'histoien sur les balbutiements de l'écriture à distance appelée télégraphie. "Ecrire dans les airs", cela tenait du miracle pour les hommes du XIXe siècle qui inauguraient ainsi une épopée scientifique et humaine. Rassemblant des spécialistes de la question, l'ouvrage tient compte des recherches les plus récentes et ressucite un patrimoine trop oublié qui marque pourtant encore, mais discrètement souvent, le territoire savoyard.

L'ouvrage a été coordonné par Robert Porret, administrateur de la SSHA

S'unir et se marier en Savoie. Anciennes et nouvelles enquêtes sur les rites de passage de Tarentaise et de Maurienne

Le présent ouvrage, qui fait suite à Naître et mourir publié dans la même collection, invite à une rencontre avec les gestes, paroles, croyances, pensées et pratiques populaires liés à la jeunesse et les noces dans la Savoie du XIXe siècle. La nuptialité est privilégiée ici pour son inscription dans la logique des rites de passage dans une société rurale antérieure à 1940, c'est-à-dire une société issue du XIXe siècle dont elle conservait encore les usages.

Spécialement concentré sur la Tarentaise et sur la Maurienne, l'ouvrage révèle un fond culturel commun, mais aussi des pratiques diversifiées d'un village à l'autre. Cette étude s'appuie sur un ensemble de données récoltées sur le terrain par l'auteur et confrontées à d'autres, antérieures et actuelles, afin d'enrichir le corpus ethnologique visant la jeunesse, les fiançailles et le mariage en Savoie. Cet ensemble de données tente de décrire des actes rituels, mais aussi d'en interpréter le sens caché et la signification profonde.

Stéphane Henriquet est membre de la SSHA, spécialisé en ethno-histoire, en particularité sur l'oralité narrative

ecrire dans les airs la savoie et le telegraphe reference     s unir et se marier en savoie reference

         


Convention entre le Conseil départemental et la SSHA

La Convention a été signée par M. Renaud BERETTI, conseiller délégué à la Culture et au Patrimoine au Conseil départemental ; le Musée savoisien était représenté par M. Sébastien GOSSELIN, Directeur adjoint ; étaient présents M. LUQUET, Directeur des Archives, du Patrimoine et des Musées et Mme Sylvie CLAUS, directrice des Archives départementales.

Ci-dessous le texte lu pour l'occasion par la Présidente de la SSHA :

Monsieur le Conseiller,

Madame la Directrice des Archives,

Messieurs les Administrateurs de la Société d'Histoire et d'Archéologie,

Mesdames, Messieurs les adhérents,

Tout d'abord, merci à tous de votre présence malgré le froid extérieur ; merci Madame de bien vouloir nous recevoir dans les locaux des Archives départementales.

Nous sommes réunis ce soir pour procéder à la signature de la convention qui désormais va lier la Société savoisienne d'Histoire et d'Archéologie au Conseil départemental. Nous avons négocié longuement dans le souci de préserver pour l'avenir les intérêts pratiques et surtout l'esprit de notre association.

Je tiens à exprimer ici toute notre gratitude au Conseil départemental qui n'a cessé de favoriser les intérêts pratiques de notre association . Ainsi, nous disposons d'un bureau ici-même et le stock de nos publications est rangé depuis longtemps dans une salle au sous-sol. De plus, en raison des travaux effectués au Musée savoisien, le déménagement de notre bibliothèque a été organisé et financé en septembre 2016 par le Conseil. Enfin, nous inaugurons aujourd'hui le cycle 2017 des cours publics qui dorénavant se tiendront dans ces lieux. Peu à peu, ces dernières années nous avons renforcé notre partenariat avec le Conseil départemental alors que la Municipalité de Chambéry cessait d'apporter sa contribution financière aux cours publics pourtant fondés à son initiative et confiés à la Société d'Histoire et d'Archéologie depuis 1901. Aucune des deux guerres mondiales ne les a interrompu et depuis 3 ans, sans faillir, nous poursuivons l'enseignement de ces cours ouverts à tous.

Les sociétés dites « savantes » ont pour rôle d'agir dans un certain esprit pour faire connaître et défendre le patrimoine et l'histoire au sens large de la zone géographique où elles sont implantées. C'est pourquoi nous entendons rester fidèles à l'appel des 70 notables, jeunes, cultivés, libéraux, qui le 6 août 1855 ont décidé de programmer des recherches dans le but « de pousser les générations nouvelles vers les études sérieuses parce qu'en Savoie, on ignore l'histoire de sa patrie. »

En 162 années d'existence, la Société d'Histoire et d'Archéologie a pu apporter aux organismes officiels comme au grand public, à travers ses nombreuses publications, des données scientifiques, rigoureuses et vérifiées qui font références et dont la qualité est reconnue. Le conseil d'administration s'y emploie sans grand tapage mais avec persévérance, à travers les difficultés qui ne manquent pas.

Dès l'origine, en 1875, nos fondateurs parmi lesquels, François et Laurent Rabut obtiennent du Conseil général la création d'un petit musée où ils recueillent les vestiges découverts dans les sites lacustres, la collection numismatique qu'ils ont constituée, les objets anciens, les innombrables documents ethnologiques et historiques qu'on leur fait parvenir pour les classer, les publier, les commenter. Ils ajoutent encore « une bibliothèque circulante » . Sans conteste, notre société est bien « la grand-mère » du Musée savoisien ce qui justifie le maintien de sa présence au Musée encore aujourd'hui.

Pour conclure, nous pouvons dire que la Société savoisienne d'Histoire et d'Archéologie a toujours développé la même finalité : ouvrir l'esprit de ses contemporains à l'histoire des Etats de Savoie et rendre perceptible la spécificité d'une culture authentiquement savoyarde qui trouve encore toute sa place dans l'Europe d'aujourd'hui.

Anne Weigel