conf grand

Conférence de Yannick Grand, L'économie du verger : l'histoire des fruits en pays de Savoie (XV-XX siècle) 

À travers l'étude de documents d'origine militaire, les états des pertes à l'occasion du passage des troupes étrangères en Savoie, le petit monde de l'arboriculture fruitière apparaît comme une partie entière de l'économie de notre région.

Choix et circulation des espèces, acclimatations, place sur les terroirs, usages alimentaires et proto-industriels : rien n'est laissé au hasard.

Dès la fin du XVIIIe siècle, des notables savoyards lancent les premiers jalons d'une nouvelle économie rentière qui annonce les terroirs spécialisés actuels.

conf grand1Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

ou télécharger le fichier logo mp3

    


Conférence de Pierre Judet. Les ingénieurs des mines et la métallurgie traditionnelle alpine au XIX siècle.

Les industries métallurgiques et minières sont pratiquées dans les Alpes depuis des temps immémoriaux par les populations locales. Elles connaissent un développement impressionnant dès la fin du XVIe siècle avec l’introduction du haut-fourneau au charbon de bois qui permet d’exploiter en grand les richesses minières et forestières des montagnes.

Or à la fin du XVIIIe siècle apparaissent de nouveaux personnages : les ingénieurs. De plus, la Révolution française qui conduit à l’annexion de la Savoie ouvre une période guerre pendant laquelle « l’acier naturel » produit dans les Alpes est très recherché pour fabriquer des armes.

Quel est le sens de l’intervention du jeune corps des ingénieurs dans ces activités de la fin du XVIIIe au milieu du XIXe siècle ?

Relève-t-elle de l’application de connaissances scientifiques, d’une expertise, ou s’agit-il d’une action politique et administrative

Vous pouvez visualiser le support de la conférence logo pdf

conf judet     conf judet1


baptisteConférence de Nicolas Bapitste : Le prince en armes : le cas d'Amédée VIII, diplomate ou guerrier ?

De la fin du Moyen Age au début de la Renaissance, entre 1330 et 1530, l’armure va éclore sous sa forme complète, s’articuler en combinant plusieurs éléments de plates d’acier, mais aussi de cotte de mailles et d’élément de textiles.

Comme leurs homologues européens, les princes de Savoie consomment de l’armement à plusieurs titres. C’est aussi le cas de leur entourage proche, de la famille, des officiers et de la cour. La mode évolue à la guerre et dans la vie quotidienne, en fonction des innovations technologiques et des nécessités militaires.

Tous revêtent le harnois de guerre, mais aussi de joute, parés, appareillés pour incarner leurs fonctions, leurs titres, leurs positions sociales. Certains objets vont même concentrer l’investiture des pouvoirs, comme l’épée ou le bacinet, jouant un rôle dans l’apparat des princes, rejaillissant sur la société humaine jusqu’à nos jours dans les collections du patrimoine.

Leurs personnalités influencent la place des armes dans leur vie personnelle et cérémonielle et en absence de portraits attribués, ce corps armé des princes souvent nous échappe. C’est particulièrement le cas d’Amédée VIII, perçu comme un prince administrateur, sage et stratège, auquel on prête l’usage des armes comme un recours uniquement somptuaire.

baptiste2Comment interpréter alors les dépenses d’armes et armures et la permanence dans son entourage d’un officier responsable de son arsenal personnel ? Diplomate ou guerrier ? Les sources des archives et des collections nous permettent de proposer un certain portrait du personnage dans une Europe médiévale en pleine transformation.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

ou télécharger le fichier logo mp3

    


Elisabetta LurgoElisabetta Lurgo : "Une histoire oubliée. Philippe d'Orléans et la Maison de Savoie"

La dernière parution de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie sera bientôt disponible à la vente dans notre librairie en ligne.

Avec le présent ouvrage, la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie renoue avec une de ses missions historiques en publiant des documents inédits : la correspondance échangée entre Monsieur, Philippe d'Orléans, frère du Roi Soleil, avec les principaux membres de la Maison de Savoie que sa fille Anne-Marie d'Orléans, vient d'intégrer par son mariage en 1684 avec Victor-Amédée II.

Cette correspondance, augmentée de notes diplomatiques, dévoile les tractations discrètes qui précèdent les pourparlers officiels, les entrevues de Philippe d'Orléans avec les agents savoyards, des fragments de ses conversations réservées avec le roi. Elle invite aussi à pénétrer dans l'intimité des princes et fourmille de notations qui permettent d'entrer par la porte des "mentalités" dans la grande histoire que jalonne cette correspondance, entre 1659 et 1701.

Cette une histoire de la Maison de Savoie oubliée dans les archives d'État de Turin qui est proposée aux lecteurs.

Elisabetta Lurgo, docteur en Histoire, est chercheur rattachée à l'Université de Savoie Mont-Blanc. Ses travaux portent notamment sur l'histoire des dévotions et des pratiques religieuses à l'époque moderne et sur les relations entre la France et l'État de Savoie.


Conférence de Fabrice Mouthon : Les villes de Savoie au Moyen Age

La troisième conférence du cycle 2018 s'est tenue aux Archives départementales ce mercredi à 17h.

Fabrice Mouthon nous a débord présenté la naissance des villes savoyardes au Moyen Âge central. Une naissance qui s'effectue à partir des noyaux préexistants : c'est à dire les centres épiscopaux du haut Moyen Âge, de châteaux, de monastères ou bien même de fondations seigneuriales appelées Villeneuves.

Par la suite, il nous a présenté les caractéristiques de ces villes en proposant un regard sur leur démographie, leur muraille, leur organisation urbaine et leurs principaux édifices.

Enfin, l'orateur à insisté sur les fonctions économiques et politiques de ces espaces urbains savoyards au sein de leur territoire.

mouthon   mouthon1

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

ou télécharger le fichier logo mp3

Vous pouvez également retrouver le support de la conférence logo pdf


Assemblée Générale de la SSHA

ag2018L'Assemblée Générale de la SSHA s'est déroulée ce samedi 3 février de 14h à 18h.

Nous remercions ici le Conseil Départemental pour la possibilité qu'il nous est fait d'utiliser les locaux des Archives départementales de Savoie.

Après l'accueil des participants, Jean Noël Parpillon, le président de la SSHA, a présenté le rapport moral pour l'année 2017, plusieurs membres du Conseil d'Administration ont par la suite détaillé les rapports d'activités et financier de la société.

Nous remercions Jean Daniel Légère qui a pu se rendre disponible pour présenter le nouveau site internet aux adhérents présents.

Enfin, notre secrétaire, Stéphane Henriquet, nous a proposé un exposé fort intéressant sur l'histoire de la SSHA.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

ag20181ou télécharger le fichier logo mp3

Cette chaleureuse après-midi c'est clôturée par le pot de l'amitié.

Bientôt disponible l'intervention de Stéphane Henriquet en écoute audio.

Merci à tous les adhérents pour leur présence.

 

  


brugnon1Conférence de Pierre BRUGNON

Le cycle de conférence de la SSHA se poursuit. Pierre Brugnon a plongé quelques 60 personnes au cœur du Moyen Age savoyard en évoquant la seigneurie d'Arvillard.

A partir de la fin du XIIIe siècle, l'organisation et le partage du pouvoir dans la région d'Arvillard en Savoie est en place et ne changera guère jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. En effet, les différents acteurs du pouvoir politique resteront les mêmes et la nature de leurs interactions perdureront avec le temps.

Ces acteurs, quels sont-ils ? Ils sont au nombre de trois : ll s'agit bien évidemment des seigneurs d'Arvillard, attestés dans la région depuis la fin du XIe siècle, mais aussi de la chartreuse de Saint Hugon, fondée par ces mêmes seigneurs au XIIe siècle. Le troisième acteur n'est autre que les communautés paysannes d'Arvillard, dirigées par un conseil de personnalités locales, désignées ou élues par les paysans eux-mêmes et qui interviennent dans chacunes des affaires concernant la communauté villageoise.

Pour comprendre et écrire l'histoire de la région d'Arvillard entre le XIIIe et le XVIIIe siècles, nous pouvons bénéficier des riches fonds d'archives qui ont fait la réputation de la Savoie, principalement les fonds conservés aux Archives Départementales de Savoie à Chambéry, mais aussi sur une pièce unique, le cartulaire de la chartreuse de Saint Hugon,(ed. E. Burnier) l'une des principales sources pour connaître l'histoire de ces communautés montagnardes depuis le XIIe siècle.

brugnonMême si la fondation de la chartreuse de Saint Hugon découle d'un geste de piété sincère allié à un besoin profond de prestige aristocratique, les rapports entre les seigneurs d'Arvillard et les moines du désert de Saint Hugon ne vont pas tarder à se tendre. Les points de tensions concernent le plus souvent les terres offertes en donation à la maison religieuse, et aux droits attenant à ces mêmes terres : ici, on se dispute le droit de chasse, plus loin, on se bagarre quant à l'usage des forêts, partout on se querelle quant aux limites des terres ecclésiastiques... Loin d'être écartées, les communautés paysannes apparaissent elles-aussi en conflit avec ces deux acteurs, tantôt pour des problèmes touchant aux offices religieux, ou – plus prosaïquement – pour des conflit d'usage, le plus souvent sur les terres acensées aux paysans par la chartreuse. Ce sont ces rapports conflictuels, amenés à durer, que nous nous proposons d'aborder sur la longue durée, amenant la région d'Arvillard à entrer dans «un long moyen âge», cher aux historiens français (cf. Le Goff).

Pourquoi «long» ? Parce que l'intégralité des conflits entre ces trois acteurs obéissent à des cycles temporels sur le temps long (XIIIe – XVIIIe siècles), et que ce jeu à trois n'en sera troublé qu'avec la seconde moitié du XVIIIe siècle, non pas avec l'arrivée des révolutionnaires français comme on serait tenté de le penser, mais bel et bien parce que la Savoie entre alors dans une période pleinement «contemporaine» (cf. J. Nicolas) et que les sociétés de la région d'Arvillard sont alors confrontées à différentes innovations politiques (affranchissements des droits féodaux), économiques (recensement des différents poids et mesures, arrivée de la culture du maïs et autres productions agricoles nouvelles) ou sociales (émeutes villageoises, intenses débats au sein du conseil des syndics...).

Pierre BRUGNON est titulaire d'un master II recherche en Histoire Mediévale à l'Université de Savoie (Les Montmayeur. Naissance, vie et mort d'un lignage de la noblesse savoyarde), doctorant en Histoire Médiévale à l'Université d'Avignon (Jamais ne bovray de vim, Tam que mon cuer vangiez en soye. Noblesses remuantes, turbulentes ou frondeuses en Savoie. XIVe-XVe s.) Membre de la SSHA, de l'Académie Salésienne et de la SHAM.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

 

ou télécharger le fichier logo mp3

 


conf pepy

Conférence d'Emilie-Anne Pépy

La première conférence de l’année 2018 de la SSHA s’est tenue aux archives départementales de Savoie ce mercredi à 17h.

Anne Amélie Pépy, maître de conférence à l’Université de Savoie, nous a présenté un bel exposé intitulé « Des barrières contre les pestes : le duché d’Aoste et la peste de Marseille, 1720-1723 ».

Août 1720 : depuis Turin, le gouvernement du roi Victor-Amédée II, informé de la survenue de la peste à Marseille, entreprend dans l’urgence de verrouiller les frontières par la mise en place d’un cordon sanitaire interdisant le passage aux gens et marchandises venus des régions soupçonnées d’être contaminées.

Les duchés alpins de Savoie et Aoste entrent en état d’urgence : les autorités sont sommées de dresser des barrières contre la peste au niveau des grands cols de passage, mais aussi des routes secondaires de haute montagne.

Ce cas d’étude permet d’interroger la mise en défense des territoires placés sous surveillance. Voyageurs, marchands, travailleurs saisonniers n’ont d’autre choix que de se soumettre au protocole de contrôle sanitaire, et notamment à la quarantaine qui rallonge leur séjour dans des lieux transitoires et modifie les rapports sociaux ordinaires. Il faut également examiner les pratiques de contournement de la règlementation sanitaire et les stratégies d’ajustement de la part des autorités locales.

Ouvrages de l'auteur :

MATHIS, C.-F., PÉPY, É.-A., La ville végétale. Histoire de la nature en milieu urbain, France, XVIIe-XXIe siècle, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2017.

PÉPY, É.-A., « Dresser les montagnes contre la peste. Quand le cordon sanitaire sarde passait par les Alpes : l’exemple du duché d’Aoste au XVIIIIe siècle », in S. Gal et al., (dir.), Montagne liminale, Approche pluridisciplinaire de la territorialité de l’entre-deux, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, à paraître en 2018.

Nous remercions chaleureusement les auditeurs présents et nous serons ravis de vous accueillir à l’occasion de l’une de ces conférences, dont l’entrée et libre et gratuite.

 

 

 

conf pepy3conf pepy4conf pepy5   conf pepy6