baptisteConférence de Nicolas Bapitste : Le prince en armes : le cas d'Amédée VIII, diplomate ou guerrier ?

De la fin du Moyen Age au début de la Renaissance, entre 1330 et 1530, l’armure va éclore sous sa forme complète, s’articuler en combinant plusieurs éléments de plates d’acier, mais aussi de cotte de mailles et d’élément de textiles.

Comme leurs homologues européens, les princes de Savoie consomment de l’armement à plusieurs titres. C’est aussi le cas de leur entourage proche, de la famille, des officiers et de la cour. La mode évolue à la guerre et dans la vie quotidienne, en fonction des innovations technologiques et des nécessités militaires.

Tous revêtent le harnois de guerre, mais aussi de joute, parés, appareillés pour incarner leurs fonctions, leurs titres, leurs positions sociales. Certains objets vont même concentrer l’investiture des pouvoirs, comme l’épée ou le bacinet, jouant un rôle dans l’apparat des princes, rejaillissant sur la société humaine jusqu’à nos jours dans les collections du patrimoine.

Leurs personnalités influencent la place des armes dans leur vie personnelle et cérémonielle et en absence de portraits attribués, ce corps armé des princes souvent nous échappe. C’est particulièrement le cas d’Amédée VIII, perçu comme un prince administrateur, sage et stratège, auquel on prête l’usage des armes comme un recours uniquement somptuaire.

baptiste2Comment interpréter alors les dépenses d’armes et armures et la permanence dans son entourage d’un officier responsable de son arsenal personnel ? Diplomate ou guerrier ? Les sources des archives et des collections nous permettent de proposer un certain portrait du personnage dans une Europe médiévale en pleine transformation.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

ou télécharger le fichier logo mp3