Conférence de Laurent Perrillat, Président de l'Académie Salésienne.

Co-auteur, avec Corinne Townley, du "Dictionnaire des magistrats" - qu'il est possible d'acquérir auprès de la SSHA -, Laurent Périllat a présenté mercredi, devant une cinquantaine de personnes, les deux cours souveraines, à la fois tribunaux et organes de gouvernement : le sénat et la chambre des comptes de Savoie.

Etablis dès 1559, ces deux institutions ont connu des fortunes diverses, entre occupations étrangères, relations parfois tumultueuses avec le pouvoir et suppression de la chambre des comptes en 1720. Le conférencier a dressé l'histoire de ces juridictions, et proposé un aperçu du profil des juges qui les ont composées au cours de ces trois siècles de magistrature.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

 

ou télécharger le fichier logo mp3 

 conf perrillat     conf perrillat2   


caix2Conférence de Christophe Caix, doctorant à l'Université de Grenoble.

Charles de Blanchefort de Créquy (v. 1575-1638), appelé communément Charles de Créquy, maréchal de Créquy, voire duc de Créquy, fut le gendre de Lesdiguières et l’héritier de son duché et de sa fonction de lieutenant général pour le roi en Dauphiné. À la fois homme de guerre et courtisan, Créquy se tailla une solide réputation de soldat et d’esthète chez ses contemporains, mais aussi de duelliste, de noceur et de joueur invétéré !

Cette conférence s’attache à présenter les relations parfois tumultueuses qu’entretint ce personnage avec les ducs de Savoie et leur famille. Ces relations épousant souvent celles (pas toujours tranquilles non plus) qu’entretinrent le royaume de France d’Henri IV, puis de Louis XIII et Richelieu, et le duché de Savoie de Charles-Emmanuel Ier, puis de Victor-Amédée Ier et de Christine de France.

Néanmoins, sans se contenter d'évoquer les seules questions de l’honneur, de la guerre et de la diplomatie, qui agitèrent ces hommes et des nations entières derrière eux.

Car cette période fut aussi celle d’une intense activité artistique et culturelle, dont la cour de Savoie fut un des pôles européens ; activité à laquelle, par le biais du mécénat en particulier, participa aussi pleinement Charles de Créquy.

caix1Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

 

ou télécharger le fichier logo mp3 

 

 

 

    


faire face au declinNouvelle publication de la SSHA : Faire face au déclin. Directeurs et ouvrières de la Manufacture d'Annecy et Pont (1865-1906)

La Manufacture d'Annecy et Pont est la plus grande entreprise textile de Savoie en nombre d'ouvriers.

Spécialisée dans le travail du coton, elle possède deux unités de production installées de part et d'autre des Alpes : l'une à Annecy-Cran et l'autre à Pont-Canavese.

En 1865, l'usine ferme ses portes. Ses directeurs obtiennent sa réouverture au bout d'un an, mais son déclin s'avère irréversible en dépit des efforts de modernisation engagés : en 1906, l'unité de Pont-Canavese est vendue.

Pendant cette période, la direction rencontre un problème chronique de recrutement et se heurte aussi à des grèves dont l'une aboutit en 1902 à la création d'un syndicat dirigé exclusivement par des femmes, peut-être le premier syndicat ouvrier féminin de la Haute-Savoie.

Cette étude prolonge, sur cet aspect original de la vie de la Manufacture, un premier ouvrage publié en 2011 dans nos collections, à partir de sources nouvelles.

L'auteur : Nicolas Martignoles, professeur d'histoire-géographie.

 

 


conf galConférence de Stéphane Gal, maître de conférence à l'Université de Grenoble.

Et si la verticalité avait une histoire ? Par la médiation de la montagne, l'Europe de la Renaissance a établi une relation nouvelle avec la troisième dimension.

Celle-ci a été intégrée par la civilisation occidentale à sa manière de concevoir la guerre et la gloire, l'ambition politique comme l'élévation spirituelle.

Entre le XIVe siècle et l'aube du XVIIIe siècle, la verticalité expérimentée, représentée, franchie et conquise, dans les Alpes comme dans les Andes, a fait de la montagne une véritable actrice de l'histoire.

Le contenu de cette conférence sera bientôt disponible en audio sur ce site.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

 

ou télécharger le fichier logo mp3


Conférence de Fabrice Mouthon, professeur d'histoire médiévale à l'Université Savoie Mont-Blanc.

Pour cette dernière conférence du mois de janvier, une petite cinquantaine de personnes est venue écouter cette présentation originale : Les montagnes de Savoie vues par un humaniste du XVI siècle - Jacques Peletier du Mans -

Les conférences se poursuivent dès le 6 février avec une présentation de Stéphane Gal sur le thème : Histoires verticales, les usages politiques et culturels de la montagne (XV-XVIII).   


conf brunierConférence de Cédric Brunier, professeur d'histoire géographie dans le secondaire et auteur de l'ouvrage : "Miolans, château fort et prison d’État. Petite histoire de la Bastille savoyarde".

Ce mercredi 23 janvier une bonne quarantaine de personnes ont bravé la neige pour venir écouter cette belle conférence sur le château de Miolans (Saint-Pierre-d’Albigny), site important du patrimoine historique savoyard. Prison d’Etat de la Maison de Savoie du XVIe siècle jusqu’à l’entrée des troupes révolutionnaires françaises en Savoie en 1792, son histoire nous apporte un éclairage sur l’exercice du pouvoir royal au XVIIIe siècle : son étendue, ses pratiques mais aussi ses limites.

Tous ces aspects sont abordés par le conférencier à travers la vie quotidienne de l’ancienne forteresse, sans oublier d'évoquer le parcours de son personnel et de ses détenus.

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

 

ou télécharger le fichier logo mp3


conf sardellaConférence de Jean-Yves SARDELLA : "approche de la cuisine médiévale ou l'art culinaire à la cour d’Amédée VIII".

La première conférence de l'Histoire en Savoie organisée par la SSHA s'est déroulée mercredi aux archives départementales de 16h30 à 18h, à Chambéry.

Jean-Yves Sardella, passionné d’histoire, peintre et poète a présenté, devant une cinquantaine de personnes, une approche de la cuisine médiévale en Savoie. Le conférencier a su titiller les papilles de son auditoire en évoquant notamment l'art culinaire à la table du comte de Savoie Amédée VIII, grâce à l'étude d'un ouvrage du XV siècle retrouvé dans les archives cantonales de Sion, provenant de la bibliothèque de l'évêque Supersaxo, et écrit par maître Chicard, cuisinier de la cour du prince.

Lors de la prochaine conférence, mercredi 23 janvier, Cédric brunier présentera le Château de Miolans, une bastille de la Maison de Savoie, symbole de l'exercice d'un pouvoir absolu.

conf sardella1     conf sardella2

 

Vous pouvez écouter le contenu de la conférence ci-après :

 

ou télécharger le fichier logo mp3 


michel saint martinMichel Saint Martin. Un savoyard passeur de savoirs au XIX siècle

La nouvelle publication de la SSHA est désormais disponible. Il s'agit d'un ouvrage de Michel Boulet concernant "Michel Saint Martin : un savoyard passeur de savoirs au XIX siècle". Les adhérents de la SSHA vont bientôt le recevoir, si ce n'est déjà le cas, pour tous les autres vous pouvez le retrouver dans notre librairie en ligne ou chez votre libraire.

Michel Saint-Martin, né à Chambéry en 1796 dans la France révolutionnaire, mort en 1859 à la veille de la réunion de la Savoie à la France, a vécu l’ensemble des évolutions qui ont marqué la société savoyarde. Sous la Révolution, le développement de l’éducation conduit progressivement les « sujets » à devenir « citoyens ». L’année 1848 fait souffler un vent de liberté. L’utilisation de nouvelles techniques, de nouvelles sources d’énergie, la mise au point de nouveaux matériaux, l’accélération des échanges, modifient l’organisation des activités économiques et la vie quotidienne des habitants. Les recherches et les expérimentations dans les domaines des sciences du vivant améliorent la vie humaine ainsi que l’agriculture.

Entre Chambéry et Turin, Saint-Martin fut acteur de ces transformations. En tant que scientifique, enseignant et entrepreneur, il eut le souci permanent de conforter la liberté des citoyens par l’éducation. A travers la vie de ce « passeur de savoirs », se dessine la société savoyarde de la première moitié du XIX° siècle.

Michel Boulet, professeur honoraire de l’enseignement supérieur agronomique, a réalisé des recherches sur les systèmes de formation agricole en France, Italie, Pologne, Russie.Il est l’auteur de nombreux articles, études et ouvrages dans ce domaine. La SSHA a publié son travail original sur « L’école des paysans en Savoie et Haute-Savoie.1760-1960.